En savoir plus

 

    Le fœtus vit de bien étranges aventures dans ce premier logis qu'est le ventre de la maman ainsi qu'à sa première et définitive sortie. Des aventures souvent contraignantes,

parfois dangereuses pour son intégrité. Des problèmes d'air, d'eau, de cordon, de place, de gémellité, etc, la plupart du temps ignorés de la maman.

 

   Il se trouve que notre petit héros vit ces événements dans

la passivité la plus totale, et pour cause, de quels moyens dispose-t-il pour les gérer ?  

Aucun. Il subit. Aucune action n'est possible. Il vit les contraintes dans sa chair. Les messages douloureux qu'il reçoit sont en majorité "corporels".

 

   Bien. Notre fœtus est en danger. Dans la majorité des cas, bien sûr qu'il s'en sort !

Cependant, parfois les douloureuses aventures se sont inscrites dans sa mémoire sensorielle. Notre bébé nait porteur de programmes, lesquels  vont inévitablement conditionner  sa vie à travers des comportements souvent inadaptés, irrationnels, des comportements "automatiques" sur lesquels plus tard, il aura très peu de contrôle.

 

   Exemple : si le fœtus à souffert d'un manque d'oxygène dans le ventre de la maman,

peut-être développera-t-il plus tard une claustrophobie. Pourquoi ?

L'information "manque d'air=danger de mort" est mise en mémoire (engrammée)

Plus tard, lorsque la personne aura l'impression de manquer d'air (pièce fermée, fenêtres

closes, etc),  elle fera tout pour fuir cet environnement. Ce sera plus fort qu'elle. Sa seule solution deviendra très vite l'évitement, pour ne pas vivre cet épisode de panique.

 

   Que se passe-t-il ? Le programme de sauvegarde s'est activé pour éloigner l'organisme

du danger. La panique est donc vue comme une solution de survie...

 

   Cela est vrai pour les comportements immédiatement repérables comme la panique, la colère,

la perte des moyens, mais cela est aussi vrai pour les petites choses qui nous échappent et qui semblent faire partie de la vie, comme l'agacement dans les grands magasins, dans les embouteillages, les enfants, l'autre, les autres...

 

Une séance de régulation émotionnelle permet de recontacter automatiquement les sensations corporelles à l'origine d'un trouble émotionnel. S'enclenche alors ce que nous nommons désormais une "fonction naturelle". Les sensations évoluent puis s'apaisent jusqu'à un "bien-être" qui s'installe spontanément et durablement.